Paradox Music

INTERVIEW #015 – Benales

Share

Après ce mix tout droit sorti de la fin du dernier millénaire, on vous propose d’en savoir plus sur BenAles avec cette interview. Il nous a pas mal parlé de la scène parisienne et de son effervescence actuelle, des sonorities qu’il apprécie, et bien sûr de son actualité future.

  • Hola Benjamin, un grand merci d’avoir accepté de répondre à nos questions. Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Je suis originaire de Normandie et basé à Paris depuis 2 ans.

 

  • Quel a été ton parcours en termes d’influence et d’écoute dans le monde très sinueux de la Techno ?

J’ai commencé à acheter des disques au milieu des années 90, pas mal de chose différentes comme du Hardcore, de la Techno de Détroit, UK… j’allais souvent faire les disquaires à Brighton (1 fois par mois) à l’époque et aussi sur Paris et je jouais souvent dans des Raves en Normandie.

  • Récemment tu as fait partie du meilleur line-up de la rentrée parisienne. Je veux parler de la soirée Blocaus où tu as partagé l’affiche avec Surgeon, Blawan, SNTS et Milton Bradley entre autres… Je suppose que c’est le genre de dates qui marquent longtemps un artiste…

Oui en effet, j’étais très content que Farouk (Boss de Blocaus) m’invite à jouer sur ce line up de ouf, je suis un grand fan de Surgeon, c’était une de mes plus belles dates cette année, une très belle énergie ce soir là.

  • Autre tournant dans ta carrière, ta performance à la Concrete, devenu en quelques années une institution incontournable dans le parcours de tout Technophile qui se respecte. Qu’as-tu ressenti de particulier dans ce lieu ?

En ce moment Concrete est vraiment un lieu incroyable avec une programmation artistique chaque weekend au top. Brice (le directeur artistique) fait un super boulot, j’ai été super content quand il m’a proposé cette date, j’étais sur un petit nuage (rires), il y a une belle énergie dans ce club et le Dj booth est magique.

 

  • En parlant de la scène parisienne, tu t’es installé récemment dans la capitale. Comment tu perçois l’effervescence actuelle que connaît cette scène notamment dans le registre Techno ?

Il y a de plus en plus d’organisateurs qui font des évènements Techno de qualité en ce moment (Blocaus, BP, Sonotown etc..), la scène est vraiment en train de grandir avec plein d’artistes talentueux, c’est vraiment génial.

  • Il y a quelques mois, la scène Techno a perdu un des artistes les plus respectés et de ceux qui y ont le plus contribué ces dernières années. Je veux bien sûr parler de l’italien Max_M, boss du label M_Rec. Que penses-tu de l’apport et l’influence de la scène italienne sur les sonorités Techno actuelles?

Il y a toujours eu un grosse scène Techno en Italie, il y a de très bon artistes comme Donato Dozzy, Giorgio Gigli, Kaelan, Roberto Hydergine… qui font évoluer la Techno dans le bon sens, ils ont vraiment un son à eux, aussi j’aimais beaucoup le son de Marco Carola et Gaetano Parisio dans les années 90.

  • Quels artistes ou labels t’ont le plus marqué en 2015?

J’aime beaucoup Kaelan aka 2030.

 

  • Dans quel état d’esprit as-tu réalisé le podcast pour Paradox ?

J’ai réalisé ce podcast en me remémorant les bons moments passés à la soirée Blocaus à la Machine, un set Techno 90’s.

 

  • Si je ne me trompe pas, ta première sortie est parue sur un various artist (ndlr : compilation) du label anglais Etoka records. C’était déjà en 2009 et on sentait ces influences Dub et Deep Techno mais surtout un travail chirurgical des structures sonores… Dans quelle veine te situes-tu actuellement niveau production ?

Le coté deep et minimaliste est toujours présent dans mes productions, ma méthode de travail à changer, je me sens un plus à l’aise en ce moment de ce coté là, après ça reste toujours essentiellement Techno.

 

  • La première fois que je t’ai vu jouer remonte déjà à près d’une dizaine d’années…NAME Festival édition 2007. À l’époque, tu faisais partie des rares DJ du festival à jouer sur vinyl et depuis tu n’as jamais lâché sur ça ! Comment vis-tu ce fameux retour au vinyl actuellement?

Je trouve ça bien que les labels continuent à faire du vinyl. Il y a de plus en plus de gens qui en achètent de nos jours, pour moi c’est la base du Djing. J’ai toujours travaillé comme ça, après les nouvelles technologies font avancer les choses aussi et permettent à tout le monde de pouvoir mixer, chacun y trouve son compte, c’est le principal.

 

  • Par contre, pas facile du coup de se retrouver dans toutes ces sorties hebdomadaires avec cette vague d’hyperproduction. Comment fais-tu pour rester toujours à la page ?

Je continue à piocher dans ma collection de disques et j’avoue quand ce moment je joue beaucoup de Techno 90’s, après je fais régulièrement les disquaires (Syncrophone, Techno Import…) pour les nouveautés.

 

  • Comme t’as pu le constater, la vie est truffée de paradoxes. Qu’est ce qu’il te semble le plus paradoxal dans le milieu de la musique électronique?

Il y en a tellement que je n’en dirais pas plus 😉

 

  • Pour finir, qu’est-ce qui se profile pour toi dans les semaines/mois à venir?

J’ai quelques dates à venir sur Paris (BP, Virgo, Otto10) et je suis résident aux soirées 75021. Sinon côté prod je sors un EP à la fin de l’année sur un label 90’S qui m’a beaucoup influencé quand j’ai commencé.

Share

Leave a Comment

Your email address will not be published.