Paradox Music

Ben Gibson/Rodrigo Garcia – Introduction [Diffuse Reality]

Share

C’est peut-être la première fois que vous entendez parler de Diffuse Reality Records, mais à mon avis ce ne sera pas la dernière… à en croire ce VA tonitruant qu’ils sortent en guise de premier EP. Ce label prometteur, vieux d’à peine un an, semble être basé entre l’Espagne et l’Argentine et collabore avec les artistes les plus investis  de la scène Techno actuelle. Avec ce premier EP, « Introduction », Diffuse Reality veut dessiner les contours d’une techno sombre, dynamique mais surtout diversifiée.

La première face nous révèle « Shirahata », morceau signé par Ben Gibson. Ce londonien que l’on a pu croiser depuis un moment déjà  sur Perc Trax, M_Rec ou encore Chronicles, nous livre un morceau aux connotations Sci-Fi : nappes,  charleys et bleeps quasi-alarmistes sont au rendez-vous. On reconnaîtra également ces motifs de souffles hachés-feutrés, caractéristiques des productions de Ben Gibson.

Cette face est complétée par un remix de Sunil Sharpe, artiste irlandais faisant partie du duo Tinfoil et dont on a présenté un morceau dans le cadre du Focus sur le label Inner Surface music il y a quelques temps. Comme on devait s’y attendre, cette version est plus brute et percussive que l’originale. Mais elle est surtout enrichie de nouveaux motifs rappelant les influences rave et industrielle de cet artiste.

La face B est signée par Rodrigo Garcia avec Muntatge. L’argentin, basé à Barcelone, réalise ainsi sa première sortie on Wax après quelques sorties digitales sous le pseudo Unit 115 sur Kidnapping Rec entre autres. Ce track ne cesse de monter du début à la fin, et nous plonge dans les heures de gloire de la techno 90’s le tout à la sauce actuelle ! Un boucle distordue aux consonances acides accompagne une basse ronde et massive et les riffs de drums métalliques et de charleys vous harponnent de toute part… une boucherie !

Le munichois Myk Derill, que vous avez probablement croisé sur le label de Philippe Petit, Knotweed records, ou sur Gynoïd, s’occupe du remix pour clôturer l’EP. Sa version est un poil plus mentale mais tout aussi massive. On y ressent clairement les influences dub de chez Fachwerk, mêlés à un esprit industriel angoissant avec ce bruit parasite qui nous suit tout du long et qui est bien mis en avant sur les breaks.

La sortie est prévue incessamment, courant avril dans toutes les bonnes adresses qui se respectent ainsi que sur le Bandcamp du label.

Share

Leave a Comment

Your email address will not be published.